Travaux & études

Enquête Alimentation Santé. Population en situation de précarité Auvergne : juillet 2007

Auteurs : Fradet MR, Lonchambon P, Cognet JP, Maquinghen S, Glanddier PY, Observatoire Régional de la Santé d'Auvergne
Avec la participation de : Direction Régionale des Affaires Sanitaires et Sociales Auvergne / com, Collectif REseau Pour une Alimentation Santé (REPAS)
- 40 pages
Thématiques :
Évaluation
Nutrition et hygiène de vie
Pauvreté - précarité
Synthèses [AUVERGNE SANTE]

En Auvergne, à l’initiative de la Direction régionale des affaires sanitaires et sociales (Drass) et avec le concours du collectif R.E.P.A.S (Réseau pour une alimentation santé), une enquête a été lancée, en juillet 2007, en direction des Centres communaux d’action sociale (CCAS) et des associations intervenant auprès des populations en situation de précarité. A l’aide d’un questionnaire auto-administré, l’enquête explorait les territoires d’intervention, l’activité des structures, les sources d’approvisionnement, la formation des bénévoles, leur niveau de satisfaction quant aux denrées alimentaires, leur logistique, leur partenariat ainsi que leurs besoins et attentes. L'analyse porte sur un total de 105 questionnaires, 40 retournés par les CCAS et 65 retournés par les associations. Le réseau d’aide alimentaire en Auvergne s’appuie principalement sur des bénévoles avec 85 % des associations ouvertes 6 mois de l’année mais l’accueil est sensiblement réduit en juillet, août et les week-ends. Cependant, la mobilisation sur la thématique de l'aide alimentaire semble inégale entre les territoires. L’aide alimentaire est principalement apportée sous forme de colis et de chèques-repas. La majorité (92 %) des CCAS et des associations ayant répondu a recours à la banque alimentaire pour l’approvisionnement en denrées alimentaires. La perception de la qualité des produits distribués est globalement bonne avec des résultats plus faibles pour les légumes, fruits et les viandes, œufs, poissons. Il semble que les associations rencontrent des difficultés d’approvisionnement en produits frais quelle que soit la catégorie d'aliments. L’enquête révèlent la complexité de la mise en place de formation auprès de bénévoles même lorsque la demande de formation est importante. Le nombre de personnes réellement formées est jugé insuffisant. La banque alimentaire, la fédération nationale des restos du cœur ont souvent un rôle plus vaste que le simple approvisionnement des structures en denrées alimentaires. Parfois, c’est d’ailleurs le seul interlocuteur de la structure. Le partenariat entre associations semble peu développé. Mais la moitié des répondants souhaite développer des collaborations. Dynamiser le partenariat entre les associations intervenant sur un même territoire, tel est l’axe majeur de travail qui se dégage de l’exploitation des résultats de l’enquête pour espérer améliorer, à terme, l’aide alimentaire dans la région.