Travaux & études

Obésité chez les élèves de CE2 en Auvergne

Auteurs : Venzac M, Maquinghen S, Glanddier PY, Bonafous M, Amblard N, Meyer M, Lonchambon P, Observatoire Régional de la Santé d'Auvergne
Avec la participation de : Rectorat de l'Académie de Clermont-Ferrand / com
- 83 pages
Thématiques :
Enfance et adolescence
Facteurs de risque
Mère et enfant
Nutrition et hygiène de vie
Prévention - Promotion Santé
Synthèses [AUVERGNE SANTE]

Pour faire suite à une étude estimant la prévalence de l’obésité des enfants scolarisés en grande section de maternelle en 2004-2005 en Auvergne, le Rectorat de l’Académie de Clermont-Ferrand a sollicité l’Observatoire régional de la santé d’Auvergne (Obresa) afin de réaliser une analyse sur l’obésité des élèves scolarisés en CE2 en 2007-2008. Cette enquête concerne les enfants scolarisés dans les écoles publiques de la région Auvergne en 2007-2008 relevant du dépistage infirmier approfondi de CE2. L’objectif de cette étude est non seulement d’estimer la prévalence et les caractéristiques de l’obésité chez les enfants de 8-9 ans dans la région, de localiser les zones du territoire les plus touchées par l’obésité mais également d’évaluer l’impact de différents facteurs de risque sur l’obésité. Parmi les 8 508 dépistages qui ont pu être exploités, 14,7 % des enfants sont obèses, 11,4 % sont obèses de degré 1 et 3,3 % sont obèses de degré 2. Les filles sont significativement plus concernées par l’obésité que les garçons. Le département de l’Allier se démarque par une part d’enfants obèses et obèses de degré 2 plus importante que celle enregistrée dans le reste de la région. L’analyse des facteurs de risque de l’obésité fait apparaître que les enfants obèses avaient un poids à la naissance plus élevé que les enfants n’étant pas obèses. De même, les enfants ayant eu un rebond d’adiposité précoce étaient plus fréquemment obèses que ceux n’ayant pas eu un rebond d’adiposité précoce. Il est également apparu dans cette étude que certaines caractéristiques de la mère avant et pendant la grossesse comme la corpulence avant la grossesse, le tabagisme pendant la grossesse ou le diabète gestationnel semblaient influencer l’obésité des enfants. Les habitudes alimentaires des enfants ainsi que leur activité physique ont également été analysées. Les enfants prenant un petit déjeuner ou un goûter, ceux ne mangeant pas en dehors des repas, les enfants ayant consommé des légumes ou au moins 3 produits laitiers la veille de l’enquête ou ceux ne consommant jamais de boissons sucrées sont moins fréquemment obèses. Les enfants pratiquant au moins 4h30 d’activités physiques et sportives par semaine sont également moins souvent obèses que les autres enfants. Enfin, concernant la sédentarité des enfants de CE2 de la région, en moyenne, les enfants obèses passent plus de temps devant un écran les jours d’école ou les jours de congé que ceux n’étant pas obèses.