Veille santé social

État des lieux de la santé mentale à Valence – ORS Rhône-Alpes (décembre 2014)

Thématiques :
Auvergne
Santé mentale

La ville de Valence a souhaité la réalisation d’un diagnostic local de santé sur son territoire, diagnostic qui a été confié à l’Observatoire Régional de la Santé Rhône-Alpes et qui a été finalisé en juillet 2013. Parmi les différents résultats issus du diagnostic local de santé il est apparu, aussi bien au travers des données quantitatives que des données qualitatives, que deux thématiques de santé sont particulièrement prégnantes à Valence : il s’agit du diabète et des problèmes de santé mentale. En parallèle au diagnostic local de santé et à la demande de différents acteurs de terrain et des responsables de la psychiatrie de secteur à Valence, un projet de mise en place d’un Conseil Local de Santé Mentale a été élaboré, qui fait partie des 10 priorités du Contrat Local de Santé. Ce Conseil Local de Santé Mentale (CLSM) doit permettre d’aller encore plus loin dans le travail de réseau entre professionnels du social, du logement, de l’insertion professionnelle et les professionnels de la psychiatrie, et notamment de la psychiatrie publique et ce, afin que les personnes souffrant de difficultés psychiques, les personnes atteintes de troubles mentaux puissent avoir un bon accès aux soins ainsi qu’une bonne insertion sociale. L’objectif de cet état des lieux est ainsi d’affiner la connaissance sur deux enjeux forts de santé mentale, à Valence : l’insertion des personnes atteintes de troubles psychiques dans la ville et les ressources de prises en charge des difficultés de santé mentale (en lien aux propositions énoncées dans le Livre Blanc des partenaires de la santé mentale). Le premier volet de cet état des lieux a consisté en un repérage cartographique des principales ressources de prises en charge de la santé mentale de la ville, ainsi qu’en une présentation des données statistiques disponibles actuellement en santé mentale. Un deuxième volet, qualitatif, mené par entretiens collectifs avec des acteurs valentinois concernés par la thématique de la santé mentale, avait pour but d’explorer plus avant la question de l’insertion dans la cité des personnes concernées par une maladie mentale. Accès au rapport (68 pages)