Veille santé social

Évaluation de l’impact sanitaire de la pollution atmosphérique urbaine dans l’agglomération de Clermont-Ferrand, 2007 – 2009 : impact à court et long termes – InVS (décembre 2012)

Thématiques :
Auvergne
Santé environnementale
Rapport (60 pages) Synthèse (4 pages)

Une évaluation d’impact sanitaire de la pollution atmosphérique a été réalisée dans l’agglomération de Clermont-Ferrand pour la période 2007-2009. Les trois polluants retenus sont les particules en suspension : PM2,5 et PM10 et l’ozone. Ils ont été choisis en raison des risques avérés qu’ils présentent pour la santé (effets respiratoires et cardiaques), mis en évidence dans plusieurs études épidémiologiques. La zone d’étude est constituée de 8 communes de l’unité urbaine de Clermont-Ferrand représentant une population totale de 213 403 habitants. Un abaissement de la moyenne annuelle en PM10 permettrait d’éviter, chaque année, 5 décès anticipés tous âges confondus, et 14 hospitalisations (respectivement 8 et 6 pour causes respiratoires et cardiaques). S’agissant de l’impact sanitaire à long terme, une diminution de 5 μg/m3, de la moyenne annuelle en PM2,5, conduirait à différer 47 décès par an chez des personnes âgées de plus de 30 ans, dont 24 d’origine cardiovasculaire. Ces effets sanitaires apparaissent malgré de faibles niveaux de pollution. En termes de santé publique, la mesure préventive la plus efficace est la diminution progressive des niveaux de pollution en réduisant les émissions à la source. L’étude recommande de renforcer spécifiquement les actions entreprises pour diminuer la pollution liée aux PM2,5. (résumé d'auteur)