Veille santé social

La vaccination en Auvergne – ORS Auvergne (avril 2014)

Thématiques :
Auvergne
Vaccination

Le Baromètre santé a été réalisé pour la première fois au début des années 1990 par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Il est réalisé tous les cinq ans et aborde des thèmes variés liés à la santé (addiction, santé mentale, sexualité…). L’objectif de cette étude est de décrire les principaux comportements, attitudes et perceptions liés à l’état de santé de la population française. Depuis la fin des années 90, en lien avec la Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé (Fnors), le Baromètre santé multithématique national s’est décliné en région. En 2010, grâce au soutien financier de l’Agence régionale de santé, l’Auvergne fait pour la première fois partie des régions ayant une extension régionale. Le Baromètre santé est une enquête téléphonique auprès d’un échantillon de la population française âgée de 15 à 85 ans. L’échantillon régional est composé de 773 individus issus de l’extension régionale et de 686 individus habitant la région et issus de l’échantillon national, soit au total 1 459 individus. Les données plus spécifiques à la thématique de la vaccination sont présentées dans cette étude (6 pages).

En Auvergne, 60 % des personnes âgées de 15 à 79 ans se déclarent favorables à la vaccination en général : 15 % y sont très favorables et 45 % plutôt favorables. Cette part est similaire à celle rencontrée dans le reste de la France. Plus de la moitié des personnes interrogées déclarent être défavorables à certains vaccins en particulier. Pour ceux-ci, le vaccin qui suscite le plus d’opinions défavorables est celui contre la grippe A. Les vaccins contre la grippe (saisonnière ou sans précision) et contre l’hépatite B sont ensuite les plus cités. Concernant les pratiques vaccinales des Auvergnats, près de 6 individus sur 10 déclarent être sûrs d’être à jour de leurs vaccinations et un quart déclarent l’être probablement. À l’inverse, 17 % ne pensent pas être à jour. Dans plus de 4 cas sur 10, c’est le médecin traitant qui a proposé ou conseillé les personnes de pratiquer la dernière vaccination. La personne elle-même est à l’origine de la dernière vaccination dans plus d’un quart des cas. En Auvergne comme dans le reste de la France, parmi les 15-79 ans, près de 2 individus sur 10 se sont fait vacciner contre la grippe saisonnière en 2008 et, parmi les 15 à 64 ans, 49 % déclarent être vaccinés contre l’hépatite B. Enfin, la vaccination des enfants a été analysée : plus de 9 Auvergnats ayant un enfant de moins de 16 ans sur 10 déclarent les avoir fait vacciner contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR). La vaccination contre l’hépatite B, dont la première dose est particulièrement recommandée pour tous les nourrissons dès 2 mois, semble beaucoup moins suivie que le vaccin ROR : 3 parents sur 10 déclarent avoir fait vacciner tous leurs enfants contre l’hépatite B, 1 % en a fait vacciner certains et moins de 6 sur 10 n’en ont fait vacciner aucun.