Veille santé social

Le logement des populations immigrées en Auvergne : état des lieux et préconisations – Plate-forme de l’observation sanitaire et sociale d’Auvergne (janvier 2014)

Thématiques :
Auvergne
Logement
Synthèse de l’étude réalisée par ISM Corum dans le cadre du Programme régional d’intégration des populations immigrées (Pripi) Focus de la PFoss n° 2 (8 pages)

Cette publication est une synthèse de l'étude réalisée par ISM Corum pour les besoins du Programme régional d'intégration des populations immigrées (Pripi). L'étude a été commandée par la Dreal et la DRJSCS. La réflexion menée était destinée à « favoriser l’accès au logement des populations immigrées d’Auvergne dans le respect de la mixité sociale ». L'Auvergne se caractérise par une immigration récente peu développée. De ce fait, les populations immigrées ne génèrent pas de nombreux besoins en logement. Plusieurs indicateurs globaux témoignent de bonnes conditions d'insertion de la population immigrée installée dans la région, gages d'un meilleur accès au logement et d'une mixité sociale favorisée. Mais les données nationales comme régionales montrent aussi que les ménages immigrés connaissent des parcours résidentiels plus difficiles que les non immigrés. Ils se concentrent davantage dans le parc HLM.  Ils accèdent  moins à la propriété.  Et contrairement à l'échelle nationale, ils sont aussi moins souvent locataires du parc privé que les non-immigrés. Certes, le niveau de leur accession à la propriété est plus élevé en Auvergne qu'en moyenne française mais cette situation globale peut cacher des conditions d'habitat très dégradées. Il faut aussi signaler la situation particulière des réfugiés qui ont parfois des difficultés à accéder à un logement autonome. Côté mixité, on constate, comme ailleurs en France, des situations de concentration de l’habitation de populations immigrées dans certains territoires, ce qui signifie aussi qu’il y a de plus vastes territoires encore dont elles sont complètement absentes. Le concept de mixité sociale interpelle d'ailleurs les acteurs du logement. Ils tentent de réduire les déséquilibres installés et contribuent en parallèle à la reconnaissance mutuelle et au vivre ensemble.