Veille santé social

Sexualité, contraception et infections sexuellement transmissibles en Auvergne – ORS Auvergne (septembre 2013)

Thématiques :
Auvergne
VIH - Sida

Accès au rapport (24 pages) sur le site de l'Observatoire Régional de la Santé d'Auvergne

Le Baromètre santé a été réalisé pour la première fois au début des années 1990 par l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes). Il est réalisé tous les cinq ans et aborde des thèmes variés liés à la santé (addiction, santé mentale, sexualité…). L’objectif de cette étude est de décrire les principaux comportements, attitudes et perceptions liés à l’état de santé de la population française. Depuis la fin des années 90, en lien avec la Fédération nationale des observatoires régionaux de la santé (Fnors), le Baromètre santé multithématique national s’est décliné en région. En 2010, grâce au soutien financier de l’Agence régionale de santé, l’Auvergne fait pour la première fois partie des régions ayant une extension régionale. Le Baromètre santé est une enquête téléphonique auprès d’un échantillon de la population française âgée de 15 à 85 ans. L’échantillon régional est composé de 773 individus issus de l’extension régionale et de 686 individus habitant la région et issus de l’échantillon national, soit au total 1 459 individus. Les données plus spécifiques à la thématique sexualité, contraception et infections sexuellement transmissibles sont présentées dans cette étude. Chez les jeunes auvergnats de 15-29 ans, l’âge médian lors du premier rapport sexuel est de 16 ans, tant pour les hommes que pour les femmes. Lors de ce premier rapport, plus de 9 jeunes sur 10 ont utilisé un moyen de contraception (eux ou leur partenaire), le plus souvent un préservatif. L’utilisation systématique d’un préservatif lors du premier rapport sexuel avec un nouveau partenaire durant l’année écoulée concerne huit individus sur dix. Après ce premier rapport, la part de personnes ayant utilisé systématiquement un préservatif diminue fortement, notamment chez les femmes. Globalement, la part d’individus ayant eu des rapports sexuels au cours des douze derniers mois, le nombre de partenaires et l’utilisation d’un préservatif avec un nouveau partenaire est similaire en Auvergne et dans le reste de la France. Plus de trois Auvergnates sur quatre âgées de 15 à 54 ans et ayant un partenaire déclarent utiliser un moyen pour éviter une grossesse à chaque rapport. L’utilisation systématique d’une méthode contraceptive est plus souvent déclarée par les femmes âgées de 26 à 34 ans dans la région que dans le reste de la France. La pilule est le moyen de contraception le plus utilisé. Viennent ensuite le stérilet et le préservatif masculin. L’utilisation de la pilule comme méthode systématique de contraception est plus faible en Auvergne (47 %) que dans le reste de la France (54 %). Près de deux femmes sur dix âgées de 15 à 54 ans ayant déjà eu des rapports sexuels ont pris la contraception d’urgence au cours de leur vie en Auvergne et près de trois femmes sur dix  âgées de 15 à 54 ans ayant déjà été enceintes déclarent avoir eu une interruption volontaire de grossesse au cours de leur vie. En Auvergne, parmi les individus âgés de 15 à 54 ans, 3,0 % déclarent avoir contracté une infection sexuellement transmissible au cours des 5 dernières années. Plus de la moitié des personnes âgées de 15 à 54 ans ayant eu des rapports sexuels au cours de leur vie ont déjà effectué un test de dépistage du sida. Cette part est plus importante chez les femmes, chez les personnes âgées de 26 à 44 ans et chez les personnes plus diplômées. Globalement, cette part est similaire en Auvergne (53,3 %) et dans le reste de la France (60,4 %).